prestafinance-actualite-default-1

COMMENT FINANCER AU MIEUX SON INVESTISSEMENT IMMOBILIER ?

Dans la décision d’un achat immobilier, les niveaux de taux de crédit sont un élément clé. Ceux-ci n’ont jamais été aussi bas pour un futur propriétaire souhaitant financer son logement via un crédit immobilier.

Quelles sont les pistes à suivre pour optimiser son prêt ?

– Profiter des taux avant qu’ils ne remontent
Les futurs propriétaires, qui suspendent leur projet dans l’attente d’une correction plus forte des prix, doivent toutefois prendre garde. Les faibles taux de crédit pourraient ne pas durer. Les banques soumises à de nouvelles contraintes réglementaires sur la liquidité et la solvabilité pourraient se retrouver dans la nécessité d’équilibrer le rapport entre les crédits qu’elles consentent et les dépôts collectés, ce qui les conduirait à relever progressivement leurs taux. Autre facteur en faveur d’une hausse : la remontée des taux longs en cas de reprise dans l’activité économique dans la zone euro, même si ce scénario n’est pas aujourd’hui très évident. L’entrée en vigueur depuis le 26 juillet de la loi Hamon, adoptée en mars 2014, pourrait aussi pousser à une hausse. Cette réforme autorise l’emprunteur à changer librement de contrat d’assurance, sans frais pendant un an à compter de la signature de l’offre de prêt. Or, les banques bénéficient sur ce produit de marges intéressantes, qui leur permettent parfois d’être plus avantageuses sur les taux de crédit immobilier. Dans ce nouveau contexte, elles pourraient prêter à des taux plus élevés. Ainsi, il faut rester attentif aux réajustements des banques dans les mois à venir.
– Décrocher le meilleur taux
Même quand les taux sont au plus bas, il n’est pas toujours aisé d’obtenir les meilleures conditions auprès de son conseiller habituel. Les banques doivent être mises en concurrence sur le taux de crédit immobilier. Passer par l’intermédiaire d’un courtier en crédit immobilier permet, outre le gain de temps, de donner accès à une marge de négociation supplémentaire. La période est donc particulièrement propice aux renégociations. Au-delà du taux, les professionnels du courtage ont pour mission de trouver la solution de financement la plus adéquate au regard de tous les éléments du prêt : durée, type, options comme le report d’échéance ou l’exonération des indemnités de remboursement anticipé, les garanties…
– Peaufiner son profil bancaire
Les futurs emprunteurs doivent soigner leurs dossiers. Revenus élevés et stabilité professionnelle ont naturellement la faveur des banques. Deux types de clients ont des atouts en main pour négocier au mieux leur prêt : d’un côté les jeunes de moins de 35 ans, cible prioritaire et à fort potentiel que les banques courtisent et qu’elles veulent fidéliser et de l’autre, les plus de 50 ans, aux revenus et à l’épargne élevés.
Pour améliorer son profil bancaire, il est recommandé de démontrer sa capacité d’épargne. C’est moins le montant que la régularité de l’effort d’épargne qui importe. L’apport personnel est quasi indispensable aujourd’hui, il doit être au moins de 20%, hors frais, pour accéder à des conditions avantageuses.
Il est aussi plus aisé d’acheter en couple que seul. Les revenus demandés à un célibataire sont proportionnellement plus élevés car le risque ne repose que sur une seule personne. Il en est de même pour le « reste-à-vivre », c’est-à-dire la somme restante une fois la mensualité du prêt remboursée.